Menu

Le Musée des automates



Le musée des automates a ouvert ses portes en 1991, mais son histoire remonte en 1946 lorsqu’Augustine, Georges et leur fils Robert EMA décident d’ouvrir un atelier artisanal de construction d’automates électromécaniques. Les automates fabriqués étaient destinés à la vente et à la location pour animer les vitrines des magasins. Cependant, au fil des années, la tradition se perd et les commandes se font plus rares. Robert décide alors d’ouvrir un lieu d’exposition en 1991 pour développer son activité.

Le musée des automates

Une centaine d’automates sont répartis dans 4 salles. En 1991, la production de nouveaux personnages animés se poursuit dans les ateliers et plusieurs scènes sont créées et viennent compléter les premières. Depuis 1997, le musée expose une collection de 250 automates regroupés par thème et répartis en une vingtaine de scènes, dans 7 salles. Le 15 mai 2007, le musée des automates est reconnu d’utilité public et la Fondation ASG-EMA a été créée pour assurer la pérennité de son activité.

A découvrir au musée

Les thèmes proposés s’inspirent des scènes de la vie quotidienne, de l’histoire de Lyon, des œuvres françaises, des contes populaires et autre. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir l’univers de Gargantua, du bossu de Notre-Dame et bien d’autres personnages de manière originale. La visite du musée dure environ 1 h. Elle commence souvent par la révélation de quelques secrets de fabrication effectuée par le guide et elle s’enchaîne ensuite avec une visite libre ou un jeu de piste proposé aux enfants de 3 à 12 ans. Si vous venez en groupe, vous pourrez opter pour les visites guidées. Si vous venez en famille, des visites ludiques personnalisées vous y attendent.

Fabrication artisanale

Sachez que les automates exposés dans le musée et les scènes sont entièrement fabriqués et réalisés dans ses ateliers qui ne sont malheureusement pas accessibles au grand public. Chaque étape de la fabrication est importante et requiert un travail d’une extrême précision. Les artisans effectuent des recherches sur le sujet, dessinent des croquis, étudient les mouvements, construisent la mécanique et la motorisation, s’occupent du modelage des parties du corps, moulent les corps en latex, peignent le visage, décorent les corps, les habillent et enfin leur ajoutent des accessoires. La fabrication reste entièrement artisanale, y compris la réalisation des décors.